MATERIAU : En savoir plus sur notre choix d'essence de bois, le Douglas

Connaissez-vous le douglas ?
Le douglas est une variété de bois utilisée depuis des décennies dans la construction. Originaire d’Amérique du Nord, il peuple la France depuis quelques siècles maintenant. Il fait part de caractéristiques naturelles très attrayantes que l’on retrouve dans toutes nos structures.

Il est plus que probable que vous en ayez aperçu un jour. On le retrouve dans ce qui est charpente, chalet, grange, bois de construction, pour ses performances mécaniques et structurelles. Sa densité est de 550kg/m3, ce qui en fait une essence plutôt légère face aux autres bois et qui représente un atout compte tenu de ses caractéristiques mécaniques. Une raison convaincante pour son utilisation dans la construction.

C’est un bois d’apparence plutôt rosée à ses débuts, pour tendre vers un marron/gris par la suite. Un charme qui séduit les amoureux de la nature et pas que.

Comment choisissons-nous notre bois ?
On fait appel avant tout à des scieurs du Massif central et plus précisément d’Auvergne. C’est par conséquent une essence qui emprunte un circuit court pour se retrouver dans nos jardins et qui respecte un engagement éco-responsable durable.
Le bois c’est aussi le choix d’une ressource renouvelable contrairement à l’acier ou l’aluminium, une volonté de s’inscrire dans une approche écologique pour un avenir plus sain.
Lors de la création de votre future cabane, nous sélectionnons du bois issu du cœur de l’arbre, autrement appelé le duramen. C’est une partie de l’arbre qui dispose de caractéristiques stables et performantes.
Nos structures sont donc sans aubier pour garantir une qualité contrôlée et bonne. L’aubier correspond à la partie extérieure du tronc, bien moins durable et résistante.


Quel avantage à prendre du douglas ?
Au-delà de ses prouesses mécaniques, il s’avère qu’il est naturellement imputrescible. En d’autres termes, il ne peut pas pourrir. Un bois qui n’est donc pas traité et qui respire la nature et l’authenticité. Le douglas possède une bonne résistance aux insectes et aux champignons, ce qui n’est pas le cas pour la plupart des autres essences de résineux européens (pin, sapins…) qui nécessitent alors un traitement autoclave.

Ce bois de classe 3 peut être régulièrement en contact avec l’humidité et ce même au-delà de 20%. L’allié idéal pour les structures extérieures qui suivront les aléas climatiques des saisons.
Attention toutefois, les poutres en bois ne doivent pas être en contact avec le sol (terre), en raison de l’humidité parfois conséquente. On encourage alors la pose en terrasse ou la création de points d’ancrage en béton par exemple si la structure est posée dans un jardin.


Comment vieilli le douglas sur le temps ?
Le douglas a tendance à se ternir au fur et à mesure du temps comme une grande majorité de bois non traités, de manière plus ou moins rapide suivant ses conditions d’exposition. En revanche, c’est uniquement l’aspect extérieur qui change, ses propriétés mécaniques et structurelles restent intactes ! Pour avoir un ordre d’idée, le douglas commence à se ternir après 3-4 mois en extérieur et à griser après 1 an.
Si vous souhaitez garder la couleur vive du douglas, plusieurs solutions sont possibles. La plus efficace est d’appliquer un saturateur qui le protègera des agressions extérieures. Ce dernier aura pour effet d’être non filmogène et de laisser une surface intacte au visuel comme au toucher, à l’inverse de la lasure et de l’huile.
Pour l’appliquer, il est conseillé d’attendre 3 semaines d’exposition afin d’avoir une surface de bois avec une meilleure imprégnabilité.
Si le bois est déjà bien grisé, il est possible de recourir à un dégriseur qui ravira la couleur du bois.
Dernière option, vous pouvez toujours poncer le bois et retrouver la couleur d’origine.

Pour avoir un ordre d’idée sur la teinte, voici un petit aperçu :